mange du miel pendant la grossesse ok?

mother-and-baby

 

La question du miel est fascinante. Le problème de sécurité concernant le miel a été soulevé parce que le miel contient souvent des spores qui, dans certaines circonstances, peuvent provoquer une maladie mortelle rare découverte en 1976, appelée botulisme infantile. Le botulisme infantile se propage par ces spores et non par la toxine de botulisme préformée.

Les spores du botulisme sont présentes dans la nature, dans le sol, dans la poussière et sur les surfaces non lavées de fruits et de légumes non pelés. Les spores sont présentes dans environ 10% des échantillons de miel testés. Ces spores sont difficiles à tuer. Ils sont assez résistants à la chaleur; certains peuvent survivre à l’ébullition pendant plusieurs heures. Le miel est naturellement résistant à de nombreuses bactéries. Parfois, le miel est pasteurisé – ce n’est généralement pas le cas. La pasteurisation ne détruit pas de manière fiable les spores du botulisme. Un peu de miel est filtré; certains ne sont pas. Le filtrage ne supprime pas de manière fiable les spores du botulisme. La pasteurisation et le filtrage présentent des avantages et des inconvénients. De toute façon, je ne me sens pas très fort, mais c’est un aliment que je préfère non pasteurisé. Pas de miel, cependant, est le meilleur pour les nourrissons.

Le CDC recommande de ne pas donner de miel aux enfants de moins d’un an sauf si le produit a été certifié exempt de spores.

Les intestins des bébés constituent un environnement idéal pour les spores. Lorsque les bébés les avalent, les spores peuvent se multiplier et se multiplier. Elles multiplient les bactéries qui pompent un poison appelé toxine botulique. Cette toxine est absorbée par leurs intestins immatures et provoque le botulisme infantile. Certains cas de botulisme infantile sont bénins; certains sont fatals. L’âge maximum auquel les bébés sont sensibles est celui de l’âge de 2 à 4 mois. Ils peuvent être à risque d’environ 1 semaine jusqu’à 9 à 11 mois. C’est la raison pour laquelle les bébés de moins d’un an ne devraient pas être nourris au miel. Les spores étant très résistantes à la chaleur, il existe un risque théorique que les bébés consomment même des aliments transformés contenant du miel. La mise en conserve commerciale, cependant, détruit généralement les spores.

Normalement, avaler des spores n’est pas un problème pour les adultes en bonne santé ou les enfants plus âgés. Les spores restent généralement des spores. Les bactéries ne se développent pas bien dans les intestins matures grouillant de bactéries bénéfiques. Les femmes enceintes, les autres adultes et les enfants plus âgés sont systématiquement exposés aux spores sans être affectés.

L’innocuité du miel en tant qu’aliment destiné à des adultes en bonne santé et à des enfants plus âgés est indiscutable.

Les adultes peuvent cependant contracter le botulisme à partir d’autres sources. La toxine préformée peut être trouvée dans des aliments mal conservés ou transformés. La toxine botulique est l’une des substances les plus mortelles de toutes les substances naturelles. Une trace peut être mortelle. Heureusement, la production de toxines peut être empêchée par la réfrigération, la congélation, le séchage ou l’ajout des quantités appropriées de sel, de sucre ou de nitrate de sodium. La toxine peut être détruite par la chaleur (20 minutes à 176 degrés ou 10 minutes à 196 degrés). Il peut même être exploité (BoTox est à la mode pour réduire les rides).

Manger des cacahuètes pendant la grossesse est un autre problème. En général, les résultats sont mitigés quant à la manière dont le régime alimentaire de la mère pendant la grossesse affecte les allergies chez le bébé. En ce qui concerne les cacahuètes, toutefois, les résultats sont cohérents. La probabilité qu’un bébé développe des allergies aux arachides augmente avec la quantité d’arachides consommée par une femme enceinte. Il est logique pour moi que les mères les évitent si leur enfant est susceptible de présenter des allergies (dans une famille souffrant d’allergies, d’eczéma ou d’asthme).

Certains ont également soulevé des préoccupations concernant l’aflatoxine, produite par un champignon qui se développe sur certaines cacahuètes. Le gouvernement a fixé des niveaux «admissibles» d’aflatoxine pour les arachides et les produits à base d’arachides. Il n’y a pas assez de données pour recommander de façon générale à la santé publique que les femmes enceintes évitent toutes les arachides pour cette raison. Il n’y a pas non plus assez de données pour recommander des cacahuètes aux femmes enceintes sans précaution.

Laisser un commentaire